Les contrats d’assurance auto pour jeunes permis sont-ils plus chers et pourquoi ?

Publié le : 17 décembre 20204 mins de lecture

En matière d’assurance, la règle est simple. Les cotisations mensuelles augmentent avec le niveau de risque à couvrir. Ainsi, les jeunes conducteurs, considérés comme inexpérimentés, sont catégorisés parmi les profils à risque. Par conséquent, si vous venez d’avoir votre permis récemment, il est probable que vous vous exposez à des primes élevées. Pour vous aider, voici quelques conseils à savoir sur le choix d’une assurance auto jeune permis.

Des cotisations élevées pour des risques élevés

Souscrire une assurance auto jeune permis n’est pas une tâche simple surtout si le conducteur novice en est à son premier contrat. En effet, les compagnies d’assurance considérant les jeunes conducteurs comme inexpérimentés présentent parfois des tarifs exorbitants. Ce coût élevé s’explique par le fait que les chauffeurs novices ne représentent que 9 % des usagers et pourtant ils sont responsables de plus de 20 % des sinistres : accidents graves, carambolages, bris de glace, dégât sur matériel, etc. Selon les chiffres, ces derniers affichent une sinistralité 3 fois supérieure à celle des conducteurs expérimentés.

Ainsi, pour les assureurs, ces chiffres signifient que les jeunes automobilistes sont des sujets à risque. Bien entendu, lorsqu’il est question d’augmentation des risques, il faudra vous attendre à des primes plus élevées. Cette cotisation surtaxée concerne souvent les contrats pour les novices qui ont moins de 3 ans d’expérience au volant.

S’assurer sur le contrat d’un proche : une solution à envisager

Si la souscription à une assurance auto jeune permis s’avère trop onéreuse, sachez qu’il est possible de s’assurer comme jeune conducteur sur le contrat d’un proche (parents, conjoint, etc.). Dans ce cas, l’automobiliste novice devra être déclaré comme conducteur secondaire et en échange, le souscripteur devra payer une surprime sur les cotisations mensuelles. Le montant de cette dernière est plus ou moins abordable par rapport à une assurance individuelle pour un jeune chauffeur. Par contre, cette option offre un autre avantage.

Le conducteur novice pourra se constituer un bonus-malus au fil des années. 4 ans après s’être déclaré comme conducteur secondaire, il pourra profiter d’un bonus de 15 %. Ainsi, le jour où il souhaitera devenir conducteur principal, il pourra mettre en avant ses antécédents d’assurance accumulés pour minorer le montant de sa prime.

Astuces pour réduire le coût de ses cotisations

Afin de réduire au minimum les surprimes appliquées par votre compagnie d’assurance auto jeune permis, sachez qu’il est conseillé de passer un apprentissage anticipé de la conduite (AAC) ou conduite accompagnée. En plus d’améliorer vos compétences, cela vous permet de négocier des cotisations moins élevées.

La vitesse représente un facteur de risque majeur pour les jeunes conducteurs. Pour éviter les primes surtaxées, pensez donc à commencer avec une voiture qui n’est pas trop puissante. D’autres solutions sont également à connaître pour alléger vos dépenses : suivre un stage post-permis, comparer les offres en utilisant un simulateur en ligne, souscrire une assurance en ligne, etc. Cette dernière option peut vous faire économiser jusqu’à 30 % sur les cotisations.  

Comment choisir la meilleure mutuelle pour les travailleurs de l’industrie journalistique ?
Quelles garanties spécifiques pour une assurance voiture de sport ?

Plan du site